À propos de la guérison de l'être

Dans notre existence il ne va pas du tout de soi que ‘tout ce qu’on est’, ‘ait le droit d’être’. Bien des gens ont ressenti dans leur enfance qu’ils n’ont pas eu le droit d’être comme ils étaient de nature.


Ceci s’est répété sans doute plusieurs fois dans le courant de leur vie et c’est devenu peut-être pour eux quelque chose d’incontestable.


C’est pourquoi il est important de demander régulièrement au Tout que l’on est de s’accorder le droit d’être vraiment et complètement soi-même.


Cela nous permet tout simplement de ressentir en nous ce que signifie ‘avoir le droit d’être comme la création nous a donné à nous-mêmes’.


Se demander à soi-même de ressentir un moment ce que signifie ‘avoir le droit d’être entièrement ce que l’on est’ nous emmène au-delà de notre ego.


C’est notre ego en effet qui au cours des années a refoulé de nombreux aspects de notre existence de peur de perdre son pouvoir et de perdre le contrôle de ce qu’il veut montrer ou ne pas montrer au monde extérieur.


La Guérison de l’Être met l’accent sur le fait que ressentir le droit d’être apporte une guérison complète et une guérison de paix car elle n’est pas l’œuvre de l’ego. Rien n’est tenté de sorte que rien n’est forcé.


L’ego garde une place prédominante dans nombre de processus de prise de conscience, là où l’efficacité de l’exercice et la volonté d’atteindre un but jouent un grand rôle. Il peut même venir au tout premier plan sans qu’on le reconnaisse comme ‘l’ego aspirant au spirituel’.


C’est pourquoi tout ce qui est proposé dans le cadre de La Guérison de l’Être que ce soit le yoga, la guérison énergétique par les mains, le massage ou la respiration qui apporte la paix, ne demande aucune collaboration active, mais invite seulement à une ouverture qui se crée d’elle-même, et dans laquelle on se sent prêt à recevoir en toute liberté l’énergie vitale créatrice, à l’accueillir et à lui permettre d’exercer son influence.


Tous les méthodes qui sont utilisées dans ce cadre ne sont là que pour être au service de cette ouvertur, de sorte que l’ego de lui-même se retire et que la liberté d’être soit redonnée à ce qui est, vient et va.

Button